Bandeau inférieur

Patrimoine/Histoire et patrimoine

Histoire et patrimoine

Le nom de Prades apparaît dans le cartulaire de Gellone avant l’an 804. Mais l’occupation humaine remonte au néolithique final (environ 3.000 ans avant J.C.). Des traces de foyers et d’armes de chasse sont visibles au nord-est du village. Face au site du Puech Marty un oppidum s’élevait au premier âge du fer. Les légions romaines de l’Empereur Claude passaient sur le chemin (actuelle D17) pour se rendre au campement situé à Saint Mathieu, ce à partir de l’an 41. La présence de la source du Lez permit la construction d’une villa gallo-romaine sur le site du Mas de Prades.
 
Mais que signifie donc ce nom de « Prades » ?
Comme beaucoup de dénominations dans notre région, Prades vient du latin « Prata » mais aussi de l’occitan « Prada ». Ces deux patronymes signifient « Prairie ». Une prairie est plus grande qu’un pré.
Sur les bords du Lez, la principale culture était le froment. Le moulin transformant le froment en farine sombre, le blé plus tard deviendra la farine blanche.
Les bergers descendaient des Cévennes pour faire paître leur troupeau. Une partie de la prairie porte le nom de « garrigue », dénomination d’une zone non cultivée. Dans les textes anciens, le mot garrigue est souvent synonyme de « terre inculte » ou de « landes ». Pour les anciens, on y amène les troupeaux, on va y chasser.

Les appellations des rues ont une signification tirée soit des plantations voisines, soit de la configuration du lieu, soit encore du nom ou du surnom du propriétaire des terrains. Chaque lieu a son histoire, voire ses histoires !
 
L’église Saint Jacques le Majeur, San Jacobi de Pratis, est citée dés 1144 dans le cartulaire de Maguelone. Plusieurs écrits nous indiquent que la seigneurie passe de Bertrand de Montmirat de Castries à Jacques d’Aragon, seigneur de Montpellier en 1272, puis à François Domergue en 1578, et ensuite au marquis de Toiras aussi propriétaire du domaine de Restinclières.
 
C’est au 13 siècle que le hameau a été fortifié. Les remparts visibles à certains endroits entourent les premières constructions. Les portes nord et sud, très bien conservées, permettent encore la traversée du vieux village. De magnifiques maisons nous parlent d’antan, nous racontent leurs secrets, asseyez-vous, prenez le temps et écoutez.


Depuis 1324 le Château de Restinclières nous révèle ses propriétaires, les grandes décisions politiques qui ont changé l’Histoire de France, les découvertes botaniques, l’utilisation de l’eau…
  
Ce n’est qu’aux alentours de 1680 qu’un blason est demandé à un héraldiste royal.

Pourquoi un lion ?
 
En ce temps là, les armoiries des seigneurs de Montlaur, alors habitant de Restinclières, représentaient un écu écarlate avec deux lions ; un argent (blanc) au lion de gueule (rouge) et un argent au lion de sable (noir). Afin de paraître moins élevés que les seigneurs, un seul lion est représenté sur le blason du village.




Laurence Quatrefages