Frelons asiatiques et moustiques

 

Frelons asiatique et moustiques

Frelon asiatique

Le frelon asiatique (Vespa velutina), a débarqué en France il y a plusieurs années et n’a aucun prédateur naturel. Non seulement sa piqûre peut être dangereuse pour l’homme, mais la présence de ce frelon, qui se nourrit d’autres insectes, notamment les abeilles, est susceptible d’entraîner des dégâts importants sur la biodiversité locale.

A ce jour, vous trouverez sur le site du MNHN toutes les informations sur la biologie, le cycle du frelon asiatique et nombreuses autres informations sur les recherches effectuées sur cet insecte, sa répartition, etc. Nous vous invitons très fortement à consulter ces pages.

Il faut savoir qu’en hiver, les nids sont condamnés à l’extinction. Inutile donc de gaspiller nos ressources pour les faire détruire pendant cette période de l’année. Idéalement, il faudrait le faire dès qu’ils viennent d’être construits. Comme la reine reproductrice est au cœur de tout le cycle de vie, c’est elle qu’il faudra cibler en priorité. Pour cela, il est conseillé de s’attaquer à elle au moment où elle sort d’hibernation (début février jusqu’à mi-avril) ou lorsqu’elle va hiberner (15 octobre à fin novembre) grâce à des pièges, à fabriquer soi-même ou bien à acheter dans les jardineries.

Pour l’appât à placer au fond du dispositif, faites un mélange d’un demi-volume de bière brune, un quart de volume de sirop de cassis ou de grenadine ainsi qu’un quart de volume de vin blanc. Placez de préférence les pièges en hauteur et loin des endroits fréquentés (aire de jeu des enfants, terrasse…). Durant toute la procédure, prenez toutes les précautions, quitte à enfiler la tenue complète d’apiculteur. Certains frelons peuvent encore être vivants à l’intérieur du piège, ils peuvent être agressifs s’ils sont accidentellement libérés. Ne prenez pas le risque de détruire le nid vous-même, faites appel à des professionnels.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter Michel Bonnaud, l’apiculteur de Saint-Vincent-de-Barbeyrargues qui vient chaque dimanche sur le marché de Prades-le-Lez. Il fait partie du groupement de défense sanitaire des abeilles (G.D.S.A). Il vous donnera des adresses pour faire détruire le nid de frelons asiatiques que vous pourriez repérer pour un coût de moins de 200 €.

Michel Bonnaud
Tél. : 06 88 14 61 33

Moustique tigre

Le moustique Aedes albopictus est un moustique d’origine tropicale, également appelé « moustique tigre » en raison des zébrures qui parcourent son corps effilé.

Le moustique tigre se développe en quatre étapes :

  • œuf,
  • larve,
  • nymphe,
  • adulte.

Les larves de moustiques ont besoin d’eau stagnante pour se développer. En période hivernale, il n’y a plus de risque de piqûres puisque le moustique entre en période de repos (ou diapause). Tous les moustiques n’occupent pas la même niche écologique. Ceux-ci se développent surtout dans de petites quantités d’eau.

 

Comment peut-on lutter contre le moustique-tigre?

Le moustique-tigre est un moustique urbain. Une campagne de démoustication massive ne servirait donc à rien. La lutte est donc individuelle.

L’objectif est d’éliminer ses lieux de vie, ses lieux de ponte et là où ses larves se développent.

Pour éliminer les larves de moustiques :

  • éliminez les endroits où l’eau peut stagner : petits détritus, encombrants, pneus usagés, déchets verts
  • changez l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine. Si possible supprimez les soucoupes des pots de fleurs ou remplacez l’eau des vases par du sable humide
  • vérifiez le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées et nettoyez régulièrement gouttières, regards, caniveaux et drainages
  • couvrez les réservoirs d’eau (bidons d’eau, citernes, bassins) avec un voile moustiquaire ou un simple tissu
  • couvrez les piscines hors d’usage, évacuez l’eau des bâches ou traitez l’eau (eau de Javel, galet de chlore)

 

Pour limiter les lieux de repos des moustiques adultes :

  •  débroussaillez et taillez les herbes hautes et les haies,
  •  élaguez les arbres,
  •  ramassez les fruits tombés et les débris végétaux,
  •  réduisez les sources d’humidité (limitez l’arrosage),
  •  entretenez votre jardin.

Quel est le rôle des autorités ?

Le Conseil général de l’hérault a mis en place un dispositif de surveillance de l’implantation du moustique et de lutte contre sa prolifération (suivi entomologique). Il décidera au besoin d’opérations de destruction des nids et des larves et en informera préalablement les populations des secteurs concernés. Ces opérations seront menées par l’EID Méditerranée.

L’EID Méditerranée entretient et relève des pièges pondoirs pour connaître l’évolution et le degré d’implantation du moustique. Elle assure une veille sanitaire et un rôle de conseil auprès du public sur l’identification du moustique. Elle n’intervient qu’à la demande du département ; sa mission n’est pas de répondre à toutes les sollicitations individuelles.

http://www.eid-med.org/

L’Agence Régionale de Santé a en charge la surveillance épidémiologique (étude de cas humains). Dès que le moustique est déclaré implanté dans un département, l’ARS assure l’information et la sensibilisation des professionnels de santé, pour qu’ils sachent reconnaître la maladie et traiter ceux qui en sont atteints.

www.ars.languedocroussillon.sante.fr 

Pour plus d’informations : www.albopictus34.org